Nos conseils nutrition pendant votre grossesse

greffe-capilaire
La greffe capillaire : une vraie révolution ?
septembre 8, 2019
nutrition-grossesse

La période de grossesse s’avère très délicate. En fait, si on se révèle trop négligent, on met en danger la vie de deux personnes au moins (mère et enfant). Mais, pour mener à bien sa gestation, la meilleure façon est d’adopter un train de vie saine, surtout en termes d’alimentation. De cette manière, on peut s’assurer de pouvoir mettre au monde un bébé en parfaite santé.

Des bonnes raisons de se faire assister pendant la période de grossesse

L’idée de devenir vous maman stresse un peu, surtout quand il s’agit du premier. Pourtant, cela peut nuire tant à la mère qu’à l’enfant. Tous conseils sont les bienvenus, de la part d’un parent proche, d’une amie ou autres. Toutefois, faire appel à une sage-femme pour votre préparation à la naissance et à la parentalité reste obligatoire. Surtout, si vous désirez un accouchement naturel et sans douleur. Un entretien au début de la gestation avec ces professionnelles s’avère indispensable avant les sept séances de préparation requises. En fait, elles sont dotées d’un pouvoir de diagnostic et d’un droit de prescription. Et elles assurent la surveillance et le suivi médical de la mère et l’enfant pendant la grossesse et même après l’accouchement.

Pleines de légumes au menu

Pendant la grossesse, toutes les habitudes de la femme changent, notamment l’alimentation. Elle doit faire beaucoup plus attention pour que ce soit bien équilibré. Les besoins en vitamines et minéraux augmentent. En particulier, le calcium, la vitamine D et le fer ainsi que les aliments riches en fibre et oméga-3 pour freiner les nausées durant les premiers mois. Lorsqu’on atteint le troisième trimestre, une période où bébé se développe le plus, on est tenu de privilégier les légumes. En effet, ces types d’aliments sont source de vitamine (B9, C, A). Des nutriments qui renforcent l’immunité de la mère et le bon développement du petit. Ils procurent également des antioxydants pour consolider la défense face à l’oxydation.

D’autres aliments à adopter

Parallèlement aux légumes, les fruits priment. Ils apportent aussi des nutriments pareillement aux légumes. Par ailleurs, les aliments à grains entiers donnent de l’énergie et renferment de nombreuses vitamines et minéraux. Ils doivent occuper une grande partie de l’alimentation. Le pain, les pâtes, le riz, le gruau et les muffins sont des exemples. Entre autres, on est tenu de consommer des nourritures protéinées (comme les lentilles ou autres légumineuses, les noix, le bœuf, etc.) pendant chaque repas au cours de la gestation. Ils fournissent des protéines et de bons gras. Enfin, il faut consommer de l’huile et de la graisse avec modération. Pour cela, le mieux s’avère d’utiliser au moins deux huiles différentes en cuisine.

À éviter impérativement au cours de la gestation

La consommation de certains aliments représente des risques aussi bien pour la mère que le bébé à naître. Ainsi, on est tenu de les éviter à tout prix. Comme exemple : les œufs crus, les produits laitiers non pasteurisés, de la viande, volaille ou poisson pas assez cuits ou crus. Ces nourritures sont qualifiés étant des vecteurs de toxi-infections alimentaires. Par ailleurs, la caféine, le thé ainsi que l’alcool et les boissons gazeuses sont formellement interdits. La quantité d’alcool ingéré se transmet de mère à bébé directement par le sang. Et une forte consommation engendre des troubles de croissance et de développement. Enfin, on doit aussi restreindre le sucre et ses substituts. Un éventuel caractère inoffensif reste encore à prouver pour l’heure en fait.